• BLOG

Dans la rue, la démocratie


Jeudi 21 septembre 2017, sous le ciel bleu de Nice, les gens arrivent seuls ou par petits groupes place Garibaldi (tout un symbole!).

Au fur et à mesure, les rang s s’étoffent, grossissent: l’appel de la CGT a été entendu, nous sommes au rendez-vous.

Bien évidemment, des gens de la CGT, mais aussi de syndicats tels que, Sud, FO, FSU, Solidaires et des représentants de diverses associations et mouvements dont la France Insoumise.

Tous ceux donc qui n’acceptent pas l’amputation de leur revenu qu’engendre cette extension de la CSG aux retraités. ( Et qui pénalisera surtout les plus petites retraites).

Oui, nous sommes là, les retraités auxquels se mêlent des groupes de lycéens, de jeunes travailleurs pour signifier à M. Macron que:

Non, il n’a pas été élu comme nous le martèlent à plaisir les médias, pour engager ce type de «réformes».

Non, M. Macron n’a pas été élu par une majorité de Français pour amputer les APL et défavoriser les étudiants pauvres.

Non, M. Macron n’a pas été élu pour brader les derniers bastions et fleurons de l’industrie française.

Non, M. Macron n’a pas été élu pour pratiquer cette politique de casse et de désespérance tous azimuts.

Non, mille fois non.

Nous tous qui défilions (un peu plus d’ un millier) sous le soleil de Nice avec le chuchotement lointain de la méditerranée, nous sommes et demeurerons vent debout contre cette politique des financiers, décidée dans des bureaux feutrés, avec l’aide par exemple de madame Pénicaut, qui veulent mettre les travailleurs à genoux ; nous demeurerons arqueboutés contre cette politique des nantis et des cœurs secs qui vont faire de la jeunesse un bétail docile aux volontés des entreprises et des patrons. Tout comme nous nous dresserons contre les mesures liberticides et inefficaces que nous réserve la constitutionnalisation de l’état d’urgence, qui aboutira à réprimer les mouvements sociaux, traquer les sans papiers et supprimer le peu de dignité qu’on accordait encore aux immigrés. (Allongement des délais de rétention de 45 à 90 jours).

La liste est longue, bien trop longue, de ces coups de boutoir qui loin de « réparer », vont parachever l’entreprise de démolition du pays France entamée il y a une bonne vingtaine d’années par tous les tenants de la sociale démocratie et les libéraux.

Et si messieurs Sarkozy et Hollande , en leur temps, avait réussi à diviser les travailleurs, le désespoir et la colère engendrés par ce gouvernement d’irresponsables est tel, que de nouveau, tous les citoyens alertés et conscients vont unir leurs forces pour tous les dégager.

Donc, chers amis insoumis, demeurons les yeux ouverts: derrière cette mobilisation contre les menaces qui s’amoncellent, c’est bien tout le peuple qui est en train de se rassembler, et qui, demain va se lever.

Hauts les cœurs amis insoumis.

Par Sylviane avec les contributions de Pierre et Marie-Jo

Fermer le menu